Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Close Look : Élections en 2024 - des surprises en perspective

il y a 18 jours

Élections en 2024 : des surprises en perspective

Ce premier semestre a déjà été riche en élections et en surprises, comme en Afrique du Sud, au Mexique et en Inde, ce qui tend à raviver la volatilité. Au Royaume-Uni, les élections législatives sont sur le point de se tenir et la France a pris les marchés financiers de court avec l’annonce de ses élections législatives anticipées début juillet. Une victoire de l'extrême droite pourrait constituer une menace pour l'UE. Mais, le suspens sera à son paroxysme le 5 novembre prochain à l’issue d’une confrontation qui, comme un air de revanche après les élections de 2020, opposera Joe Biden à Donald Trump. Ce qui se passe aux États-Unis, première économie mondiale, a nécessairement des répercussions sur le reste de la planète. À quoi s’attendre en cas de victoire de l’un ou l’autre des candidats ?

Selon toute vraisemblance, l’inflation risque de repartir de plus belle en cas de victoire de Donald Trump. Donald Trump devrait diminuer l’impôt sur les sociétés et les particuliers, en se concentrant sur la croissance, afin de « rendre sa grandeur à l’Amérique ». Les emprunts publics vont probablement augmenter, ce qui creusera un peu plus le déficit budgétaire déjà colossal. Lors de sa présidence, le protectionnisme défendu par Donald Trump s’est traduit par des hausses des droits de douane. S’il remporte les élections en novembre, de nouvelles hausses sont à craindre, avec une augmentation du coût des facteurs de production dans l’ensemble de l’économie. Le candidat des Républicains continue en outre de durcir le ton sur la question de l'immigration. Toute nouvelle répression dans ce domaine pourrait réduire le réservoir de main-d'œuvre bon marché aux États-Unis, avec à la clé un regain de l’inflation.

Des perspectives qui n’augurent rien de bon pour les marchés obligataires. Compte tenu des pressions inflationnistes, la Réserve fédérale américaine (Fed) devra maintenir plus longtemps encore ses taux élevés. Le mandat de l’actuel président de la Fed, Jay Powell, prend fin en 2026. S’il est de nouveau élu, Donald Trump pourrait user de son influence pour nommer un président plus conciliant, dont l’approche en matière d’objectif d’inflation de 2 % serait moins rigide. En revanche, une victoire des Démocrates pourrait donner lieu à des hausses d’impôt pour compenser l’augmentation des dépenses publiques. Rien d’étonnant à ce que Bill Gross, pointure de l’investissement obligataire, ait publiquement déclaré qu’une victoire de Biden serait meilleure pour les marchés obligataires qu’une victoire de Trump.

Les marchés actions, en revanche, verraient d’un bon œil une nouvelle administration Trump. La baisse de l’impôt sur les sociétés, l’allègement des réglementations et le détricotage du programme environnemental et climatique de Joe Biden devraient créer des conditions propices aux résultats des entreprises. Depuis quelques semaines, Donald Trump courtise les barons du pétrole et du gaz américains. En outre, les milliardaires de Wall Street et de la tech sont de plus en plus nombreux à soutenir publiquement l'ancien président. Une victoire de Donald Trump pourrait également avoir des répercussions sur la performance du secteur. À titre d’exemple, les producteurs d’énergie dite « sale » pourraient être favorisés au détriment des entreprises qui ont bénéficié du programme de Biden axé sur les sources d’énergie renouvelables.

S’agissant du dollar américain, le résultat des élections pourrait peser plus encore à l’échelle de la planète. Si Donald Trump l’emporte, une économie plus forte et des taux durablement plus élevés pourraient soutenir le dollar. Toutefois, craignant l’impact sur les exportations américaines, l’ancien président pourrait être tenté d’intervenir pour empêcher une percée trop forte du dollar. Pire encore, sous l’effet d’un dollar plus fort et de taux obligataires américains plus élevés, les marchés émergents, qui dépendent fortement du financement des marchés obligataires en dollars, pourraient voir leur coût d’emprunt s’envoler. Nul ne peut prédire l’issue des élections à ce stade. Toutefois, une victoire de Biden serait l’assurance de voir se maintenir le statu quo, alors qu’une victoire de Trump rimerait avec regain d’incertitude et de volatilité.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Les cookies utilisés permettent une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus